Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Inside Lines, Chapitre 27

Chapitre 27

Asher

 

 

 

Dix jours plus tard.

 

 

— Je ne suis pas le père de cet enfant.

 

Les flashs crépitent et me brule les yeux, les caméramans doivent zoomer au maximum pour filmer les résultats du test ADN que j’exhibe à cette conférence de presse. Cette histoire va prendre fin ce soir, et j’espère que les allégations à mon sujet aussi.

 

— Qu’est-ce que ça vous fait de savoir que vous n’êtes pas le père de cet enfant ?

 

Mon regard se porte sur la journaliste qui me pose cette question. Elle travaille pour une chaine locale, je suis habitué à la voir, comme tous ceux qui sont ici ce soir.

 

— Je suis soulagé que la vérité sorte enfin.

 

Elle semble déçue de ma réponse, mais je ne vois pas ce que je pourrais dire d’autre. Je sais depuis le début que cet enfant n’est pas de moi, je devais simplement convaincre le reste du monde.

 

— Savez-vous quelles étaient les motivations de mademoiselle (machin) ?

 

— Non aucune idée, je n’ai pas eu de contact avec elle depuis le début de cette histoire, elle a refusé toute rencontre je ne sais pas dans quel but elle a fait ça, mais c’est fini.

 

— Vous niez donc avoir eu une quelconque relation avec elle par le passé ?

 

Je me tourne vers Aaron, ce petit con affiche un sourire ravi, il aime tellement me maitre mal à l’aise.

 

— Aucune relation.

 

— Pas même un soir ?

 

Je serre les dents, le reste de la salle se met à ricaner.

 

— Pas même un soir. La première fois que j’ai entendue parler d’elle c’est quand elle a déclaré que j’étais le père de son enfant.

 

Le silence retombe, à mes côtés le père de Kade semble s’ennuyer, mais il se doit d’être là pour l’image du club. Pour que le coach soit soutenu par ses dirigeants. De l’autre côté, l’attaché de presse décide de mettre fin aux questions. Il me demande si j’ai une dernière déclaration à faire.

 

— Oui. Je réponds en me penchant près du micro, cette histoire a causé du tort, à mon équipe, à des personnes de mon entourage et à moi-même. Aujourd’hui vous savez la vérité et j’aimerais que cette vérité soit ce qu’on retienne. Qu’on arrête d’accuser sans preuve et…

 

Je me mets à rires en me frottant le visage. Avant de reprendre.

 

— Je suis dans ce milieu depuis longtemps, je sais de quoi il est fait et je sais que vous prendrez ce qui vous tombes sous la main pour vendre vos papiers, mais pensez qu’il y a des gens derrières ces accusations. Il y a des personnes qui en souffrent et qui n’ont rien demandé. Balancer des choses comme ça, sans autre forme de preuves ça fait des dégâts. Il y a une chose que je dis toujours à mes joueurs, « faites vos preuves, montrez qui vous êtes sur le terrain et oubliez le reste ». Le foot, ça devrait être ça. Du foot et pas un étalage de la vie privée des joueurs. Cependant je comprends qu’on doit jouer ce jeu, pour le public, alors vous aussi, faites vos preuves, montrez qui vous êtes et oubliez le reste. Oubliez les chiffres et la pression, oubliez qu’on attend de vous du scandale et faites votre job. Restez droit dans vos pompes et tout le monde s’en portera mieux.

 

Je les remercie et me lève dans un silence de plomb. Remettre la presse à sa place ce n’est pas ce qu’il y a de plus judicieux dans à mon poste. Il vaut mieux les avoirs dans sa poche que comme ennemie, mais je devais remettre les choses en ordre.

Le silence perdure jusqu’à ce qu’on quitte la pièce et que le père de Kade me dise sa façon de penser.

 

— Qu’est-ce qui vous a pris ?

 

Monsieur King ferme la porte du bureau de l’attaché de presse, il se plante devant moi les mains sur les hanches par-dessous sa belle veste de costume et la hargne sur le visage.

 

— J’ai fait ce que j’avais à faire.

 

— Votre boulot c’est de rétablir cette équipe !

 

— C’est ce que je fais.

 

— Quant au juste ? Entre les accusations et deux baises avec mon fils sur votre bureau ?!

 

Je tente de garder mon clame, de ne pas entrer dans son jeu, de ne pas lui donner ce qu’il veut. On a déjà eu cette discussion lorsque je suis revenue du centre de désintox dans lequel j’ai laissé son fils. On s’est déjà hurlé dessus, lui parce que je couche avec son fils et moi parce qu’il a accepté ce deal avec Kade. Il n’aurait pas dû. Aucun père digne de ce nom ne l’aurait fait. Aucun n’aurait favorisé son équipe au détriment du bien-être de son gamin.

 

— Faites attention Grant, ce pacte conclu avec mon fils n’est pas irrévocable.

 

Je fais un pas dans sa direction, les nerfs prêts à exploser quand je vois cet homme se foutre royalement de son propre enfant. De cet enfant que moi j’aime et qui a déjà trop donné pour moi.

Mon front se pose violemment contre celui de King. Il doit sentir qu’il est proche d’attendre mon point de rupture puisqu’il la ferme enfin.

 

— Ne me menacez pas.

 

— Grant…

 

Je recule et lui lance mon regard le plus menaçant celui qui fait frémir les joueurs sur la pelouse parce qu’ils savent qu’ils vont passer un sale quart d’heure après.

 

— Comment vous pouvez ne serait-ce qu’avoir un vague lien de parenté avec lui…il est tellement meilleur que vous.

 

Je me frotte el visage et essaye de trouver du clame en moi, en pensant à Kade et a ce qu’il a fait qui mérite que je me tienne à carreau.

 

— Laissez-moi bosser comme je l’entends, laissez-moi mener cette équipe où elle doit être et cessait d’interférer dans tout ce que je fais. Ce qui s’est passé avec cette femme aurait pu arriver à n’importe qui et ce qui se passe avec Kade, ne regarde que nous. Il est adulte et bientôt il ne fera plus partie de cette équipe. Vous avez eu ce que vous voulez, foutez-moi la paix maintenant.

 

King ne dit rien, il reste planté là à m’observer tenter de reprendre le contrôle puis il finit par faire demi-tour en direction de la porte.

 

— J’espère que vous le regretterez, je reprends.

 

— Pardon ?

 

King se tourne, la main sur la poignée de la porte.

 

— Quand vous serez vieux et seul, que vos millions ne puissent pas acheter l’amour de votre fils, j’espère que vous le regretterez. Que vous souffrirez comme il a souffert d’être ignoré, que vous aurez autant mal que lui et que vous comprendrez. Seulement il sera trop tard

 

Il me lance un dernier regard sombre puis il sort. Comme si je n’avais rien dit, comme si son fils n’existait toujours pas. Je me laisse tomber sur le canapé et prends ma tête entre mes mains en respirant profondément.

Ces derniers jours ont été pénibles. Mes nerfs sont mis à rudes épreuves avec Kade et le dopage, avec Kade et son sacrifice. Les joueurs en payent le prix, lors des entrainements je suis intraitable et ça fonctionne. L’équipe est encore meilleure, comme si eux aussi avaient compris qu’on n’a plus le droit à l’erreur. Je les ai fait tester, tous, chaque jour durant une semaine. Ils sont clean et j’en suis soulagé. J’ai eu des doutes pour Andrews, mais le laboratoire n’a rien trouvé d’illégal. Un point positif dans ce maelstrom de mauvaises nouvelles.

On frappe à la porte, je n’ai pas le temps de répondre qu’elle s’ouvre et Aaron entre.

Je me redresse et affiche un sourire convaincant.

 

— Les choses s’arrangent ! proclame mon frère en se laissant tomber à mes côtés.

 

Oui, une chose de réglée. Une chose que je ne comprendrais probablement jamais. Elle ne veut toujours pas me parler ou s’expliquer. Je pourrais l’attaquer pour diffamation, mon avocat me le recommande même, mais je ne suis pas revanchard. Elle a perdu, surement que moi aussi au final, puisque tout le pays me prend pour le roi des salauds capable d’abandonner son enfant, mais c’est terminé. Je tiens à ce que ça le reste, que cette histoire devienne du passé.

 

— Ça a l’air de te faire plaisir, c’est fou !

 

Je m’appuie contre le dossier en soupirant.

 

— Qu’est-ce qu’il y a Ash ? Ne dis pas rien, je vois bien qu’il y a un truc qui ne va pas. Je croyais que c’était cette histoire qui te prenait la tête, mais même maintenant que c’est fini, t’es à cran. Alors c’est quoi ?

 

Je ne réponds pas, mon regard absorbé par la pendula qui égrène les secondes dans un bruit agaçant. Cette histoire de parenté n’est pas mon plus gros souci. Elle ne l’est plus depuis que Kade est entré en désintox. Elle ne l’est plus depuis qu’il se dope.

 

— Asher ?

 

Mon visage se tourne en direction de mon frère. Il semble réellement inquiet. Je ne l’ai pas vu ce vendredi, j’ai séché le diner familial et je me demande comment ça se passe entre lui et Adriana.

 

— Il y a quelqu’un dans ma vie, je lâche finalement.

 

Aaron hausse les sourcils furtivement.

 

— Et ?

 

Je sens le poids du passé dans ce mot, je sens la question qu’il n’ose pas poser directement.

 

— C’est un homme.

 

— Oh, OK. En quoi est-ce un problème ?

 

— Ça ne l’est pas. Du moins son sexe ne l’est pas. Qui il est par contre…

 

— Putain de merde Ash ! C’est Furious !

 

Je reste la bouche ouverte, la fin de me phrase sur le bout de la langue que mon petit frère vient de cracher pour moi.

 

— J’en étais sur !

 

— Ah oui ?

 

— Oui ! Je l’ai dit à Adriana que vous n’alliez pas tarder à baiser si ce n’était pas déjà fait.

 

Je me mets à rire et je me rends compte que mon frère a réussi à m’apaiser en me laissant parler.

 

— C’est déjà fait. Comment t’as su ?

 

— Je suis observateur, il reprend avec fierté, et je te connais. T’es toujours dans la retenue et dans le contrôle, mais en sa présence encore plus. C’était louche.

 

En public probablement que je prends plus de précautions sans m’en rendre compte. En privée c’est tout le contraire. Lorsqu’on est seul, je ne retiens rien. Je suis libre avec Kade.

 

— C’est sérieux alors ?

 

Je détourne de nouveau le regard, me sentant à nu devant mon petit frère. Je ne parle jamais de Kade à qui que ce soit. Il a été mon secret durant des mois. Un secret que j’ai adoré garder pour nous. C’était étrange, nouveau, intense. Trop perturbant pour oser réfléchir jusqu’à ce qu’on prenne conscience qu’il y a autre chose. Jusqu’à ce que le secret ne suffise plus à cacher l’amour. Combien de temps on aurait pu tenir ainsi ? Cette découverte, même si j’aurais voulu qu’elle se passe autrement, qu’elle nous revienne, elle était inévitable.

 

— Ça l’est, je finis par répondre, c’est…

 

Je me lève et fais quelques pas.

 

— C’est flippant, parce que c’est vertigineux.

 

Je frotte mon visage en trouvant étrange de déballer ce genre de choses à mon frère, mais d’un autre côté c’est apaisant de sortir ce que cache mon cœur.

 

— Depuis Gabrielle, je me compartimente. Ma vie s’était simplement le boulot, tenter de garder le contrôle et surtout ne pas laisser d’émotions trop fortes me traverser. Avec Kade, je ne vis que des émotions fortes. Ya rien de simple avec lui, rien qui ne soit pas fort.

 

Aaron se lève et me rejoint près du bureau.

 

— C’est Furious, il n’est pas connu pour se contenir.

 

— Non effectivement, il ne contint rien. Il est l’inverse de moi, il exprime tout et pourtant il est bien plus que ça.

 

— Ouais, il t’a retourné la tête frangin.

 

— Non, il a juste ouvert d‘autres voies. Il m’a montré qu’être moi n’était pas mauvais, que ressentir n’était pas mauvais. Ce n’est pas simplement une tête brulée, c’est un mec qui en a, qui est plus courageux qu’il n’y parait. Il est passionné et généreux, il agit avec son cœur Aaron, avec son cœur…

 

Il s’est sacrifié parce qu’il croit en nous, parce que c’est plus important que sa carrière. Il nous a mis au-dessus de tout. Il nous a hissés à la première place et jamais je n’aurais fait ça lorsque j’étais joueur. Rien ne m’aurait fait sacrifier ma carrière, pas même l’amour. Je connais la valeur de son acte, je la connais et je le trouve beau et idiot. Je ne peux m’empêcher de trouver ça fou et d’adorer ça. Adorer le fait qu’il m’aime au point de sacrifier ce qu’il a de plus précieux. D’un autre côté, je trouve ça stupide parce qu’on ignore l’avenir, on ignore de quoi demain sera fait et je ne voudrais pas qu’il regrette.

J’explique à Aaron ce qu’il s’est passé entre nous, ce qu’il a conclu avec son père, mais je passe le dopage, il n’a pas besoin de savoir.

 

— Eh ben, on dirait qu’il est autant amoureux que toi, conclut mon frère. Il sait pour ce qu’il s’est passé avec Gabrielle ?

 

— Il sait, je lui ai dit.

 

Aaron ne dit rien, il se contente de me dévisager et j’ignore ce qu’il pense de tout ça, mais mon frère n’est pas connu pour garder son avis. Il va finir par partager le fond de sa pensée avec moi.

 

— Je l’aimais bien, parce qu’il est l’un des rares joueurs à faire vendre du papier. Tu savais qu’avec lui, à chaque match il y allait avoir quelque chose à raconter. Quand on a fait l’interview, j’ai vu un autre mec, un mec investit pour sa cause et tu sais que j’adore ça.

 

Aaron décolle son cul du bureau et se plante devant moi, un sourire se dessine doucement sur ses lèvres.

 

— Et maintenant je découvre que c’est lui qui a rendu mon frère plus humain.

 

Je me mets à rire.

 

— C’est vrai Ash, t’étais un robot, qui se contentait d’agir sans rien ressentir. Il t’a changé, t’étais plus détendue, comme si t’y croyais encore.

 

— A quoi ?

 

— À la chance, Ash. La chance de vivre encore ton rêve même si c’est sur un banc de touche, la chance de tomber encore amoureux sans que ça finisse en drame et à la chance de trouver quelqu’un qui te comprenne.

 

Je baisse les yeux sans pouvoir m’empêcher de sourire. Si Kade était là, il serait fier comme un paon d’entendre tous ces compliments. Aaron revient près de moi, son bras passe autour de mes épaules.

 

— S’il a fait ça, c’est qu’il t’aime assez pour croire qu’il a bien agi. Que pour préserver votre histoire l’un de vous devez laisser sa place. Il a choisi pour toi en laissant la sienne et j’imagine que t’enrages à ce propos. Cependant, qui à part Furious est assez fou pour laisser sa chance à l’amour au détriment de sa carrière ? C’est pour ça que tu l’aimes Ash, parce qu’il est impulsif et qu’il agit avec son cœur.

 

C’est vrai, c’est ce que j’aime chez lui, mais certaines choses demandent réflexions, une telle décision en fait partie.

 

— Alors c’est quoi le vrai problème, Ash ?

 

Je tourne la tête et croise le regard de mon frère, son inquiétude et cette perspicacité qui montrent à quel point on est transparent pour sa famille.

 

— Et si je ne suis pas à la hauteur ? Si demain j’échoue et qu’il a fait tout ça pour rien ? Et si je lui fais mal ?

 

C’est ce qui me fait flipper. Ne pas être à la hauteur des espérances que Kade a placées en nous. En quittant l’équipe, il m’a montré ce qu’il attend de nous et je le veux aussi, mais en serais-je capable ?

 

s Ça, tu le sauras en le vivant Ash, il n’y a pas d’autres possibilités. Soit tu fais tout pour y croire, soit t’abandonnes maintenant.

 

Je ne veux pas l’abandonner. Imaginer vivre sans Kade dans ma vie n’est pas possible. Je l’aime. Je n’ai pas envie d’arrêter, pas maintenant qu’on a tout traverser, pas maintenant qu’il va sortir la tête de l’eau et qu’il va enfin comprendre qu’il peut compter sur moi. L’abandonner ce serait lâche et une déception pour lui. Il croit en nous, il croit qu’on peut survivre à tout ça et vivre quelque chose de beau. Lui que tout le monde a abandonné m’a donné sa confiance et il m’a prouvé que je pouvais avoir la sienne.

À côté de ça, mes craintes semblent dérisoires, réelles, mais dérisoires. Cet acharnement qu’on a mis pour résister, cette force dans notre amour bancal, où l’on avance à petits pas en tachant de se découvrir sans trop en révéler, pour au final ouvrir sa poitrine à l’autre, c’est ce qui compte. La tête doit parfois rester en dehors de nos actes. Laisser parler le cœur n’est pas mauvais, c’est simplement flippant. C’est prendre des risques, celui de se blesser, de blesser l’autre, de mettre des attentes trop importantes et se rendre compte qu’elles ne sont pas partagées. C’est vivre sans parachute. Sans protection. Mais vivre pleinement. L’amour, ça doit être ainsi. Ça doit mettre les peurs de côtés et permettre de croire que c’est possible. Ensemble. On devrait tout surmonter à deux. On devrait trouver la force d’avancer et faire en sorte que ça fonctionne, même dans ce monde, même en sachant qu’on aura des déceptions, qu’on se fera mal, qu’on n’agira pas toujours comme il faut, on aura l’essentiel. Notre amour.

 

Commentaires

  • enfin verite etablie ca c'est fait !!!!!!!!!!!!
    et que c'est beau ASH qui se devoile petit a petit et qui aime vraiment KADE
    merci les filles

Écrire un commentaire

Optionnel